Mission du jour : Tresser « ce que l’on ne devrait pas faire et que l’on fait quand même » avec « un évènement attendu et rien n’arrive » + chute imprévisible.

 

      Laura s’est levée tôt ce samedi là, bien décidée à ne pas céder à son obsession habituelle. Ce sera une journée « sans » se dit-elle. Ragaillardie et prête pour le combat elle commence par un café,  une tartine, les infos, puis une bonne douche salvatrice. Elle se déplace dans l’appartement à une vitesse inhabituelle, plus vive, tout en passant son temps à tourner la tête afin de ne pas « le » croiser,  « Je serai bonne pour un torticolis, mais je ne cèderai pas à la tentation ».

       Forte de ses convictions, prises la veille en pleine séance de méditation, elle choisit de faire la liste de toutes les activités exceptionnelles et excitantes auxquelles elle pourra s’adonner toute la journée. Belle feuille, beau stylo. Pas d’idées. Après une demi-heure passée devant sa page blanche, elle se résout à faire un tour au parc d’a côté qui pourrait bien, avec un peu de chance, l’inspirer. Absorbée par cette liste à rédiger, elle ne voit pas ce qui l’entoure, dédaigne la nature, et finalement, reprend le chemin de la maison. Autre café, autre tartine, et toujours la feuille blanche posée devant elle.

       Juste avant midi, obsédée par cette feuille plus tout à fait blanche mais parsemée de ratures et de dessins, elle commence à sentir le danger approcher. Elle voit la tentation pointer son nez, petit à petit, de manière insidieuse,  et tente de ne pas tomber dans le piège. Excédée par la feuille blanche qui ne l’est plus, certes, mais inutile puisqu’elle ne propose rien, elle se résout à la retourner change de stylo et reprend tout depuis le début.  La journée passe, la feuille reste blanche, désespérément blanche, et le restera puisqu’elle finit par la froisser, n’en faire qu’une boule, une boule de nerfs, et la jette à la corbeille. « C’est plus fort que moi » se dit-elle tout en se dirigeant vers LUI . Elle l’empoigne, LUI, l’aspirateur qu’elle essayait d’ignorer depuis le matin, le met en marche, et sans s’en rendre compte aspire la feuille vierge de toute idée.

 Isabelle Toros