Mission du jour : Irritation. Agacement. Excès. Démesure.

 

      ELLE m’agace. ELLE, c’est ma concierge. Le genre de personnage des années 50, mais en raté. Une caricature. Pas possible, elle a du faire un stage. J’adore les années 50. Les bals musette, les bords de marne, les films en noir et blanc, mais ma concierge, non. Non, ma concierge, elle m’énerve. Je ne dirai pas bignole, car bignole est un titre de noblesse, et puis c’est attendrissant le mot bignole. C’est vrai, une bignole ça possède une âme, ça se respecte …………. Mais ELLE, non. Aucun style. J’ai beau essayé de lui échapper, rien à faire. Elle me coince, me coince et m’agace. Je dois avoir une tête d’assistante sociale, ça l’inspire. Elle a toujours envie de me parler. Moi pas. Jamais. Je ne supporte pas sa tête de fouine, ses yeux radars, sa bouche qui une fois ouverte laisse sortir une langue sans fin, une langue baveuse, une langue de vipère, ses cheveux caméléon qui changent de couleur toutes les semaines « pour ne pas lasser son mari » dit-elle, tu parles, et sur cette tignasse multicolore trône une casquette bleue, d’un bleu immonde (déjà que je n’aime pas le bleu), d’un bleu « gneu-gneu », d’un bleu morveux, d’un bleu même pas bleu. De plus, elle ne va pas avec ses yeux, ils sont marron, marron caca d’oie. Une vraie pisse-vinaigre qui s’ignore. Son faux sourire du matin vous gâche la journée en trois secondes. C’est même pas qu’elle est moche, c’est pire. Elle a des avis sur tout et sur tous. Là, c’est l’apothéose. Ce n’est pas ce qu’elle dit qui m’insupporte, non, c’est sa voix. Une voix aigrelette à faire hurler une crèche entière, à faire péter tous les vitraux de Notre-Dame en même temps, un tsunami en contre ut majeur, « lemon incest » en 3D, un mur du son avec onde de choc assuré qui vous paralyse le cerveau, un uppercut de sons aigus, une voix à rêver d’être sourd.

 Tout chez elle m’énerve. Même son balai.

 

Isabelle Toros